La surveillance

surveillanceL’homme a toujours été de nature  à surveiller son prochain, dans le but de l’observer, le comprendre et apprendre. Mais aujourd’hui nous sommes dans une société où la nature de la surveillance tourne à la dérision et à l’exagération. De nombreuses villes installent des caméras  pour surveiller leurs citoyens et assurer leur sécurité, tout comme dans les systèmes de surveillance des domiciles, de plus en plus de caméras y sont installées. Toute cette surconsommation de bien de surveillance est à l’origine d’une polémique.

En effet, certaines personnes pensent que toutes  ces caméras présentent dans notre environnement ne sont pas là pour assurer notre sécurité mais pour nous contrôler, nous espionner. Le discours médiatique est la source du sentiment d’insécurité qu’on retrouve chez les citoyens, pour les pousser à consommer des biens de surveillances/sécurités. On se retrouve d’un côté avec des citoyens se battant pour leur droit de liberté, qui ne veulent pas être surveillés  en permanence  et  savoir que quelqu’un puisse les espionner à travers un écran. De l’autre côté on a des citoyens effrayés par l’image qu’on leur communique de la société et souhaitant être protéger contre « le mal ».

Le discours médiatique n’est que le reflet des idéologies que les dirigeants veulent inculquer au peuple. Il est clair que ce discours est construit dans le but de maintenir une ambiance d’insécurité pour contrôler les foules. Mais il est temps de prendre conscience qu’aujourd’hui avec l’ère du numérique, l’image n’a plus l’authenticité d’antan, c’est-à-dire qu’elle est facilement trucable. De la même manière les vidéos peuvent être montées et modifiées et pourtant personne ne remet en cause l’authenticité des vidéos de surveillances.  Il est évident que les caméras ne sont pas une solution à l’insécurité s’il y a. Une caméra poussera l’individu à être plus discret ou masqué mais ne l’empêchera pas d’agir.

On peut donc se poser la question de qui est surveillé ? Surtout avec l’apparition de nouvelle technologie, notamment les smartphones avec les caméras intégrées et la géolocalisation qui permet de savoir en temps réel où l’individu se situe et donc de le surveillé.

Publicités

Le danger de la séduction

manipulationPour continuer sur la réflexion de Francois Thieulent à propos de la séduction dans notre société.  Je voulais revenir sur le fait que la séduction est un phénomène assez récent (bien que le jeu de séduction Homme/Femme ait toujours existé), notre société a effectué une transition entre l’identification à l’image et la séduction par l’image. La séduction aujourd’hui tient une place très importante que ce soit dans les milieux professionnels et personnels. Elle est également très présente dans les publicités.

La séduction est liée au rapport homme/femme, aujourd’hui  là ou l’égalité des sexes est de plus en plus respectée, les femmes ont de plus en plus de pouvoir. J’entends par là, que les femmes ont un pouvoir de séduction plus important que celui des hommes, ou du moins les hommes se  laissent plus facilement séduire que les femmes. Dans notre société capitaliste la séduction tourne très vite à la manipulation, un exemple concret est la publicité comme celle de la marque« Axe », qui a très bien compris le pouvoir de la séduction et l’utilise à 300%. Elle vise les hommes avec un manque de confiance en eux vis-à-vis des femmes, et leurs  font croire qu’avec  un désodorisant Axe, qu’ils n’auront plus de problèmes, les femmes viendront d’elles même vers eux.  Elle joue donc bien la carte de la séduction dans le but de manipuler le client pour lui faire acheter ce produit qui plait tant aux femmes.

Malheureusement toutes ces publicités et le corps politique (comme Com|masse l’évoque) qui associent séduction et manipulation, vont venir « pourrir » les relations personnelles Homme/Femme en dégradant l’image de la séduction. Bientôt il sera difficile de croire que quelqu’un puisse nous séduire sans avoir d’arrière-pensées et sans nous manipuler.

mmorpg_addiction_2Pour continuer sur la réflexion d’Alexis vs Babylon qui  analyse le comportement de certaines personnes considérées comme no-life.

Certains pensent que quitter « le monde réel » est une perte de temps, puisque l’évolution qui se fait dans ce monde  ne se retrouve pas dans le monde des vivants (Alexis parlais des MMORPG qui illustre très bien l’idée de quitter le monde réel pour se plonger dans un monde merveilleux) l’idée étant ici d’échapper à son quotidien et ses obligations. On retrouve ici l’idée du divertissement.

Comme tout divertissement il est important que  celui-ci ne prenne pas trop de place dans la vie de celui-ci, c’est-à-dire qu’il doit être consommé avec modération. Dans le cas contraire on pourrait parler d’addiction ou encore de dépendance. On retrouve des cas extrêmes dans les jeux vidéo ou encore avec la consommation de drogue. Dans ces cas précis, l’individu  est pris au piège, il est victime du monde dans lequel il se retrouve plongé et perd tout contact avec la réalité, il est alors évident que la santé mentale et physique de l’individu en seront  gravement touchées.

Mais sans consommer dans l’excès je pense que ce genre « de voyage » dans un monde autre que le nôtre apporte une ouverture d’esprit, une créativité que peu soupçonne.  On pourrait également comparer ceux-ci à des drogues psychotropes. Toutes expériences est enrichissantes, il faut juste garder le contrôle de son corps et être conscient de ce qui se passe pour être capable de réagir si une forme de dépendance apparait. Tout comme le sport  qui est important pour la santé, dans le cas où il est pratiqué dans l’excès il est prouvé qu’il peut avoir un impact négatif sur la santé d’un individu.